Gratin dauphinois vegan de patates douces et poireaux

Gratin dauphinois sauce bechamel vegan patate douce poireau fromage végétal

Qui a dit que le gratin dauphinois devait forcément être un plat riche et calorique ? Pas moi ! Voici une recette qui revisite ce classique des plats hivernaux. Vegan, de surcroit.

J’avais très envie de vous proposer une recette de gratin dauphinois revisité, pour deux raisons. La première : montrer que les plats les plus classiques peuvent être twistés et devenir vegan. La seconde : pouvoir vous parler d’un sujet important à mes yeux, à savoir promouvoir une cuisine qui a du sens. Cuisiner avec sens, c’est cuisiner en choisissant des ingrédients qui sont bons pour nous (tant d’un point de vue nutritif que personnel) et qui correspondent au rythme des saisons.

Pour moi, ce gratin dauphinois a du sens : j’ai remplacé les pommes de terre par de la patate douce. Certes, dans une logique de privilégier la production locale, cela n’a pas beaucoup de sens car la patate douce est produite sous les tropique. Hors, c’est bien connu, la pomme de terre, c’est le féculent belge par excellence. En effet, mais la patate douce est beaucoup plus intéressante d’un point de vue nutritif, je la préfère 1.000 fois à la pomme de terre (je ne mange d’ailleurs plus jamais de patate “classique”), et j’ai réussi à m’approvisionner en patates douces produites en France.

Pour agrémenter ce plat, il m’a semblé logique de choisir un légume de saison : le poireau. Produit localement, évidemment. Le poireau est un légume très riche en fibre (principalement la partie blanche), en eau et peu calorique. Il est donc très rassasiant, tout en apportant des vitamines et des minéraux. Etant donné qu’il est pour l’instant la star de la saison, il est encore plus intéressant dans ses apports en vitamines puisque vous pouvez le consommer ultra frais. Alors, pourquoi s’en priver ?

Le résultat

Cela nous donne un plat qui associe, de manière assez classique, la patate douce et le poireau (deux grands amis en cuisine, oui oui !). Tout en revisitant une star de la “gastronomie” populaire. L’originalité dans tout ça ? Arriver à en faire un plat allégé et vegan, tout en étant intéressant d’un point de vue apports nutritionnels. Et surtout, vous présenter un plat qui a du sens à mes yeux… J’ai préféré utiliser un ingrédient disposant d’une empreinte carbone plus élevée que la version classique, tout simplement pour me faire plaisir.

Parce que c’est ça la cuisine : choisir ses produits dans le respect de la nature, mais aussi dans le respect de soi-même et de ses envies. Raison d’ailleurs pour laquelle je ne jugerai jamais les personnes qui mangent de la viande ou quoi ou qu’est-ce : ce qui compte, c’est d’être bien dans son assiette.
Après cette introduction philosophique, place à la recette, parce que c’est pour ça qu’on est là !


Télécharger la fiche recette

Ingrédients (pour 4 portions)

Pour le gratin

  • 730 à 750 grammes de patate douce (= 2 patates douces de taille moyenne)
  • 350 grammes de blanc de poireau (= 3 poireaux entiers)
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de paprika en poudre
  • Poivre et sel, au goût
  • 100 grammes de fromage rapé végétal

Pour la béchamel vegan (adapté de cette recette)

  • 40 grammes de margarine végétale
  • 40 grammes de farine de châtaigne
  • 500 ml de lait de soja
  • 1 cuillère à café de noix de muscade en poudre
  • Poivre et sel, au goût.

Préparation

Se munir d’une casserole et faire fondre la margarine à feu moyen. Ajouter ensuite la farine d’un seul coup. Bien mélanger à l’aide d’un fouet, jusqu’à ce que la préparation se décolle des parois de la casserole. Verser ensuite le lait petit à petit, tout en continuant à mélanger à l’aide du fouet. Saler, poivrer, puis continuer à remuer jusqu’à ce que la préparation épaississe. Une fois arrivée à consistance souhaitée, ajouter la noix de muscade puis réserver.

Nettoyer les patates douces et les couper finement dans le sens de la longueur, afin d’en faire des tranches. Il est possible de réaliser cette étape à l’aide d’une mandoline, mais je m’en suis personnellement bien sortie avec un couteau de cuisine. Une fois découpées, les placer dans un grand saladier.

Trancher les blancs de poireaux dans le sens de la largeur. Les placer dans une passoire avant de les passer sous l’eau pour éliminer les résidus de terre éventuels. Bien égoutter puis ajouter dans le saladier avec les patates douces tranchées.

Hacher les 2 gousses d’ail et les ajouter dans le saladier, avec l’huile d’olive. Bien remuer, ajouter le paprika et poivrer. Remuer à nouveau pour imprégner tous les aliments de l’huile et des épices.

Préchauffer le four à 180 degrés, chaleur tournante.

Placer les légumes dans un plat allant un four. Recouvrir doucement les légumes de sauce béchamel vegan. Veiller à bien répartir la sauce sur l’ensemble du plat. Terminer l’assemblage en parsemant le dessus du plat avec le fromage râpé végétal. Rajouter une pincée de poivre et de paprika en poudre par-dessus.

Enfourner pour 40 à 50 minutes, selon la puissance votre four. Déguster bien chaud, mais pas trop 🙂

Afin d’en faire un plat complet, déguster ce plat accompagnée d’une source de protéines : viande, poisson, oeufs, tofu, etc. J’ai personnellement opté pour une poêlée de tofu à l’ail des ours. Cela en fait donc un repas 100% vegan, mais libre à vous de choisir l’accompagnement protéiné qui vous plait.

Bon appétit !

Laurine

Passionnée de cuisine et accro aux découvertes culinaires, je prends du plaisir à partager mes recettes végétariennes et mes bonnes adresses food belges. Merci de me lire !

Articles similaires

Discussion about this post

  1. Curlie dit :

    Cette recette, c’est mon petit péché mignon ! J’adore les aliments sucrés et les saveurs qu’ils rendent dans un plats principal comme celui-ci. Vivement l’hiver prochain 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *