Réaliser un terrarium : trucs, astuces et retours d’expérience

Terrarium 5 plantes vertes environnement fermé tutoriel diy sur le blog laualamenthe.com

Vous souhaitez réaliser vous-même un terrarium ? Voici quelques conseils pour vous lancer dans sa réalisation avec succès !

Il y a trois semaines, j’ai eu une envie folle : celle de me lancer dans la création d’un terrarium en mode #doityourself. Je n’arrêtais pas de baver devant les créations réalisées par l’équipe de OOAK à Wavre, et après y avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de le faire moi-même et d’expérimenter sa création au maximum.

Je dois d’emblée préciser que je n’ai pas du tout la main verte. Certaines de mes plantes d’intérieur se portent très bien, mais d’autres ont du mal à terminer la fin de mois, sans nommer celles qui ont tout simplement quitté la surface de cette planète. Quant à mon jardin, j’ai sous-traité son entretien parce que je ne lui porte aucun intérêt. Partant de ce constat, je me suis quand même dit que c’était une excellente idée de créer un terrarium moi-même. (je suis du genre pas froid aux yeux, ma bonne dame !)

Après m’être renseignée longuement sur le web et lu différents articles, j’ai défini ma stratégie de réalisation : le choix du contenant, le choix des plantes et le choix de la décoration complémentaire. J’ai aussi réuni les éléments indispensables à la réalisation d’un terrarium qui pourra survivre à ma main non-verte et me suis lancée dans cette aventure.

Terrarium 5 plantes vertes environnement fermé tutoriel diy sur le blog laualamenthe.com

Si je vous partage mon expérience sur le blog, c’est bien évidemment que l’opération a été un réel succès. J’ai finalement réalisé 3 terrariums différents (je n’en ai gardé qu’un seul, je vous rassure : je ne suis pas devenue collectionneuse en une nuit). Il s’agit avant tout d’un partage d’expérience, en aucun cas je n’oserais m’auto-proclamer professionnelle de la réalisation de terrariums. Il se peut donc que cet article non-scientifique évoque des choses totalement fausses, mais si c’est le cas, je vous le jure : ce n’est absolument pas volontaire ! Et surtout, si vous voyez des erreurs/horreurs, dites-le nous en commentaires.

Bref. Voici la marche à suivre pour aboutir à la création de ces petits jardins intérieurs autonomes qui apporteront une dimension #urbanjungle à votre décoration d’intérieur.


Le guide du terrarium

Choisir le contenant

Je dirais que le plus important, pour débuter, c’est de choisir votre contenant. Sans surprise, il faut que celui-ci soit en verre transparent. Il en existe différents types, mais les plus populaires sont les bocaux de conservation grand format type Le Parfait, les Dame Jeanne ou encore les vases disposant d’une grande ouverture. Il faut cependant veiller à choisir un bocal d’un format assez grand et surtout profond, car vous aurez besoin d’espace pour intégrer une couche de billes d’argile de +/- 3 cm surmontée d’une couche de terreau de +/- 5 cm et de vos plantes.

En ce qui me concerne, j’ai choisi un contenant type Dame Jeanne, dont l’ouverture se ferme à l’aide d’un bouchon en liège. Je l’ai trouvé chez Oh! Green à Louvain-la-Neuve. Certes, il m’a coûté un petit montant, mais il est vraiment spacieux et me semble être de bonne qualité (en plus d’être fabriqué de manière artisanale en Europe).

J’ai hésité à utiliser ma Pikaplant Jar (que j’aime d’amour), mais comme je venais de changer la plante à l’intérieur, ç’aurait été dommage de la transformer en terrarium aussi vite.

Choisir les plantes

Le choix du contenant va également déterminer le choix des plantes. Une règle principale : opter pour des petits sujets. Quoi qu’il arrive, votre choix doit se porter sur des plantes en version mini. Certaines plantes classiques existent en petit format, il y a donc beaucoup de choix.

Terrarium 5 plantes vertes environnement fermé tutoriel diy sur le blog laualamenthe.com

Si votre contenant est ouvert, vous pourrez recréer un écosystème de type désertique et ainsi choisir des plantes comme des cactus, des aloes, des succulentes, etc. Celles-ci évoluent dans un terreau sec, et un terrarium ouvert ne créera pas d’humidité, ce qui assurera une épanouissent total pour vos plantes grasses.

Si vous optez pour un contenant fermé, il est alors conseillé de vous tourner vers des plantes qui s’épanouissent dans un milieu humide. C’est-à-dire des plantes plus classiques (entre guillemets) comme les fougères, les mousses, les begonias, les mini ficus, les pilea, les coffea arabica, etc. (liste non-exhaustive disponible ici).

Pensez également aux filles de l’air (les fameuses airplant) qui se plaisent également très bien dans un terrarium !

Je me suis tournée vers un terrarium humide, car mon contenant se ferme. J’ai choisi différents types de plantes, dont voici le détail :

Terrarium 1 : un fittonia rouge, un fittonia rose, un begonia rex, un dracanea janet craig (dragonnier), un tradescantia (misère) et pour l’effet herbe, j’ai choisi un selaginella apoda (spikemoss de prairie).

Terrarium 2 : un fittonia rouge, un fittona rose, un begonia, un coffea arabica, une fougère et un selaginella apoda.

Terrarium 3 : un hypoeste vert clair, un hypoeste vert foncé, un coffea arabica, un tradescantia, un begonia rex et un didymochlaena.

Le nombre de plantes dépend également de la taille de votre contenant. Dans le cas présent, j’ai utilisé 5 plantes vertes + 1 plante type herbe/mousse. Cela m’a permis de recouvrir l’entièreté du terrarium, tout en laissant un peu d’espace à chaque plante.

Où acheter ses plantes ?

Je me suis approvisionnée chez Oh! Green, chez Aveve et au rayon jardinerie de chez Brico. Les fittonia, hypoestes et la plante effet « herbe » selaginella apoda viennent de chez Aveve ; la fougère et le dragonnier viennent de chez Brico ; les autres plantes proviennent quant à elles de chez Oh! Green.

Terrarium 5 plantes vertes environnement fermé tutoriel diy sur le blog laualamenthe.com

Où acheter ses éléments décoratifs ?

  • J’ai utilisé du gravier décoratif que je me suis procurée chez Oh! Green. Le sable décoratif vient quant à lui de chez Action et de chez Casa ;

  • J’ai également trouvé de la fausse mousse décorative chez Action ;

  • Les pierres décoratives proviennent elles aussi de chez Action, mais il en existe chez Oh! Green ;

  • Enfin, les pierres de lave et les galets font partie de la collection privée de ma Maman ;

  • Les mousses vivantes et les morceaux de bois ont été dénichés dans mon jardin.


Comment procéder ?

Le matériel nécessaire

Ce qu’il vous faudra pour réaliser un terrarium :

  • Un contenant en verre, fermé ou ouvert, disposant d’une ouverture assez grande que pour y glisser une main ;

  • Des mini plantes vertes qui conservent leur petite taille ;

  • Du terreau : j’ai choisi du terreau bio pour plantes d’appartement. Quoi qu’il arrive, choisissez un terreau de qualité, car, étant donné que votre terrarium est autonome (c’est-à-dire qu’il ne nécessite pas d’arrosage régulier ni d’apport d’engrais), vos plantes vont principalement se nourrir grâce aux nutriments qu’il contient ;

  • Des billes d’argile : elles vont permettre d’absorber l’humidité ambiante et surtout d’assurer un drainage utile dans un milieu fermé ;

  • Du charbon actif en poudre : il va permettre d’éviter la moisissure et les mauvaises odeurs au sein du terrarium. J’ai utilisé du charbon actif en poudre que j’avais reçu pour une utilisation buccale (apparemment, ça aide à blanchir les dents), mais que je laissais trainer au fond d’un tiroir. A défaut de charbon actif, il est également possible d’utiliser un morceau de charbon de bois ;

  • Du sable décoratif : il va permettre d’apporter une touche de couleur entre 2 couches de terreau. Son utilité est avant tout d’ordre décoratif, il n’est donc pas indispensable… mais comme un terrarium dispose avant tout une vocation esthétique, je vous conseille vivement son utilisation ;

  • Du gravier décoratif : il va permettre de recouvrir les zones de terreau « vierges » qui ne sont pas masquées par les plantes vertes. J’ai, pour ma part, utilisé du gravier décoratif de couleur noir, afin de conserver un effet naturel. Il apporte cependant un chouette effet de finition ;

  • Des cailloux décoratifs, des galets, des pierres de lave, des morceaux de bois, etc. ou tout élément décoratif que vous souhaitez intégrer dans un décor feuillu et verdoyant. Dont la taille est évidemment raisonnable, puisque cet objet devra rentrer dans votre bocal.

Les accessoires

  • Une petite tasse ou un gobelet en plastique ;
  • Un tissu en microfibres ;
  • Un presse-purée (et ouais…) ;
  • Une cuillère à café.

Réaliser un terrarium en 10 étapes

Schéman explicatif pour réaliser soi-même un terrarium do it yourself

  1. Nettoyer soigneusement, à l’eau claire et chaude, le contenant en verre et l’essuyer à l’aide d’un tissu en microfibres (type loque à fenêtre). Cela permettra d’éviter la présence de bactéries et surtout de débuter l’opération avec un bocal propre et sans traces de doigts ou autre.

  2. A l’aide d’une petite tasse, remplir le fond du terrarium de billes d’argile. Procéder au fur et à mesure, jusqu’à obtenir une couche de 2 à 3 cm d’épaisseur. Uniformiser le dessus en appuyant d’une légère pression à l’aide d’une presse-purée (original, n’est-ce pas ?). L’objectif est d’avoir une couche au fini droit et linéaire.

  3. Ajouter ensuite, toujours à l’aide de la tasse, une première couche de terreau de maximum 2 cm d’épaisseur. Aplatir le tout à l’aide du presse-purée, en appuyant légèrement la surface du terreau.

  4. Recouvrir la couche de terreau de sable décoratif (facultatif). Veiller à bien répartir du sable contre la paroi du verre, afin de créer un joli effet visuel une fois la 2ème couche de terreau étalée.

  5. Recouvrir la couche de sable décoratif d’une 2ème couche de terreau. Cette fois, l’épaisseur du terreau peut être comprise entre 2 et 3 cm. A nouveau, tasser le dessus afin d’uniformiser le tout avec le presse-purée.

  6. Saupoudrer la couche de terreau de charbon actif à l’aide d’une cuillère à café (2 à 3 cc.).

  7. C’est le moment de disposer les plantes choisies. Creuser délicatement un petit trou avant d’y planter la première plante. Commencer par les plantes placées en bordure de paroi, pour faciliter la mise en place des plantes suivantes. Refermer délicatement le trou avant de planter la 2ème, la 3ème, la 4ème plante, etc. Laisser un peu d’espace entre chaque plante afin de lui permettre de respirer.

  8. Recouvrir les zones de terreau « vierges » de gravier décoratif, à l’aide d’un petit entonnoir formé à partir d’une feuille de papier, ou à l’aide d’une petite cuillère. Il se peut que des petits graviers se coincent dans les feuilles des plantes vertes. Il est possible de les retirer à l’aide d’un cure-dent ou d’une pince à épiler.

  9. Enfin, ajouter les éléments décoratifs sélectionnés : pierres, galets, morceaux de bois, mousse artificielle, etc.

  10. Terminer en frottant délicatement l’intérieur des parois du contenant en verre avec le tissu en microfibres, afin d’ôter toute trace de terreau, de doigt ou d’humidité. Refermer le contenant (si celui-ci se referme) et placer le terrarium à l’endroit désiré.


Prendre soin de son terrarium

D’après mes recherches, le terrarium se portera mieux dans un endroit qui reçoit de la lumière indirecte. Il doit donc se trouver dans une pièce lumineuse, sans pour autant se trouver en contact direct avec le soleil… auquel cas les feuilles des plantes risquent de brûler. J’ai eu le cas avec ma Pikaplant et effectivement : mon coffea arabica d’origine était très mal en point et a fini par mourir.

Au niveau entretien, vous ne devriez à priori pas avoir à vous tracasser de la survie des plantes de votre terrarium, mais une petite attention de temps en temps sera toujours utile. Le terrarium ouvert demande un arrosage parcimonieux mensuel. Le terrarium fermé demande quant à lui un arrosage ponctuel, lorsque le terreau est sec. Pensez cependant à l’aérer de temps en temps, afin d’évacuer la condensation qui se forment sur les parois et de profiter visuellement de ce bel environnement verdoyant.

Dernier petit conseil : lorsque les plantes perdent des feuilles ou des tiges, ne tardez pas à les enlever du terrarium afin de conserver un environnement sain.

Terrarium 5 plantes vertes environnement fermé tutoriel diy sur le blog laualamenthe.com

Et voilà, c’est tout ce que je peux vous donner comme conseils pour vous lancer dans une réalisation d’un terrarium. Pour aller plus loin, voici quelques références pour vous inspirer, surtout si vous ne savez pas quelles plantes ni quel contenant choisir.


Et si vous préférez investir dans un terrarium déjà réalisé, j’ai sélectionné 4 adresses en Belgique :

Et vous, vous avez déjà réalisé un terrarium vous-même ? Vous avez des questions complémentaires ? Réagissez en commentaires sous l’article, je vous y répondrai volontiers !

Laurine

Passionnée de cuisine et accro aux découvertes culinaires, je prends du plaisir à partager mes recettes végétariennes et mes bonnes adresses food belges. Merci de me lire !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *