Affronter l’hiver : j’ai testé la luminothérapie

Lau à la menthe face à une lampe de luminothérapie pour affronter l'hiver et la déprime saisonnière

La luminothérapie, vous connaissez ? C’est une méthode pour lutter contre la déprime passagère liée à l’automne/l’hiver. Je vous en parle plus en détails !

Je ne veux pas enfoncer des portes ouvertes (mais en fait, si) : depuis le passage à l’heure d’hiver, les journées sont courtes et on ne voit plus très souvent le soleil. J’ai l’impression qu’au mois de novembre, on a eu l’impression qu’il faisait nuit même durant la journée à de (trop) nombreuses reprises. Heureusement que le mois de décembre est arrivé et que les décorations de Noël illuminent notre vie.

Mais voilà, Noël ce n’est qu’une fois par an et même si les préparatifs durent à peu près 1 mois, il faut survivre à cette période sombre (côté météo, bien sûr) d’une manière ou d’une autre. Personnellement, c’est une période où je me sens facilement ronchon (traduisez : un peu déprimée sans raison) et fatiguée. Heureusement, ça finit toujours par passer, mais il y a moyen de remédier à cela et de garder la forme en plein hiver de façon tout à fait naturelle.

J’ai reçu une lampe de luminothérapie 10.000 lux il y a plusieurs semaines. Celle-ci m’a été envoyée par Top Life, un site de vente en ligne français (ils livrent en Belgique !) qui propose un concept unique : des produits de bien-être en lien avec la lumière.  J’ai donc testé cette technique sur une période de plusieurs semaines, assez que pour réellement voir des résultats. Voici donc mon feed-back !

La luminothérapie, comment ça fonctionne ?

La luminothérapie, comme son nom l’indique, c’est se soigner par la lumière. Plus précisément, la luminothérapie consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière artificielle blanche, dite « à large spectre », dont les qualités seraient aussi proches que possible de celles du soleil. Ses vertus sont connus pour aider à lutter contre la déprime hivernale, qui est elle-même liée à une baisse d’intensité lumineuse.

Lau à la menthe face à une lampe de luminothérapie pour affronter l'hiver et la déprime saisonnière

L’être humain est un terrien qui, depuis la nuit des temps, organise sa vie au rythme du lever et du coucher du soleil. Lorsque les journées raccourcissent, la production de mélatonine et de sérotonine qui régulent en partie notre humeur est impactée car l’une est produite le jour et l’autre la nuit (j’essaie de faire simple). Vu que les journées sont courtes et les nuits sont longues, le dérèglement s’opère très vite. Conséquences : somnolences en journée et/ou difficultés à s’endormir la nuit venue. Pas la joie quoi !

Pour réguler tout cela, le fait de s’exposer à une lumière artificielle de 10.000 lux délivrée sur un spectre lumineux solaire privé des infrarouges et des ultraviolets vous fera le plus grand bien. Cela permet d’indiquer au corps que le jour s’est bien levé. L’objectif : vous assurer d’être en condition optimale pour affronter la journée. Le site de Top Life explique d’ailleurs très bien les bienfaits de la lumière sur le corps et sur le mental. N’hésitez pas à y jeter un oeil pour en savoir plus.

In real life #IRL

J’ai reçu la lampe durant le mois d’octobre et j’ai directement commencé à l’utiliser. Il est conseillé de réaliser une exposition de 30 minutes tous les jours, idéalement entre 06h00 et 10h00 du matin, en privilégiant une distance entre le visage et la lampe de 20 à 40 cm. Autant dire qu’en lisant les recommandations, je me suis directement dit que ça allait être compliqué à intégrer dans mon planning matinal particulièrement serré.

Et de fait, ça n’a pas été facile (et ça ne l’est toujours pas). Le plus simple est évidemment de s’exposer à la lampe durant son petit-déjeuner, mais personnellement je ne petit-déjeune pas pendant 30 minutes consécutives en semaine. L’avantage de la lampe, c’est qu’elle est équipée d’un fil électrique assez long (2.5 mètres) qui permet de se déplacer avec (de la table à manger à la cuisine, à condition de ne pas habiter un château).

Lau à la menthe face à une lampe de luminothérapie pour affronter l'hiver et la déprime saisonnière

Etant donné mes contraintes, j’ai directement réduit l’exposition à 15-20 minutes, car il me semble difficile pour une personne active de s’accorder réellement 30 minutes d’exposition. J’ai hésité à emporter la lampe avec moi au boulot, mais j’avoue que je fais déjà assez de choses extravagantes devant mes collègues. Je n’oserais donc pas ajouter à la liste ma cure de lumière artificielle.

Les résultats

Je vous ai expliqué les propriétés associées à la luminothérapie plus tôt dans ce billet. Mais entre ce qui est annoncé sur papier et la réalité, il y a souvent un léger déséquilibre. Alors voici mon avis honnête après 6 semaines d’utilisation à raison d’une exposition de 15-20 minutes chaque matin à 10.000 lux.

Le matin je ne me sens pas moins fatiguée que d’habitude quand je me réveille. Par contre, j’avoue que quand je débute mon exposition, je me sens rapidement plus détendue et plus énergique. Je pense que c’est en partie lié au fait que ces 15 minutes accordées à l’exposition constituent ne forme de selfcare et que cela me fait donc du bien. Je crois que quoi qu’on en dise, ça reste important de se poser le matin pour prendre son petit-déjeuner tranquillement, lire ou écouter le journal, savourer un thé/café chaud.

Après la session d’exposition, je me sens en effet boostée. J’avoue que je n’ai aucune somnolence en journée (en particulier l’après-midi après avoir mangé) et que les coups de fatigue sont plus rares. Concernant mon moral, là j’admets que je n’ai pas remarqué de changement jusqu’à présent. Mon humeur étant fortement régulée par mes hormones, il me faudra sans doute passer à 30 minutes d’exposition (minimum) par jour pour arriver à ressentir un effet positif. 😊

Lau à la menthe face à une lampe de luminothérapie pour affronter l'hiver et la déprime saisonnière

Franchir le cap

En définitive, je pense que c’est un bon moyen de faire face à la grisaille hivernale de façon naturelle et que ça vaut la peine de tester cette technique. Pour ma part, j’avoue parfois trouver cela contraignant mais je continue tout de même mon exposition… comme quoi, ça me fait tout de même du bien ! Je pense également que l’exposition me sera bien plus bénéfique en janvier/février, lorsque l’hiver devient vraiment long.

Si vous souhaitez vous y mettre, rendez-vous sur le site de toplife.fr : vous y trouverez des articles en lien avec la thématique du bien-être par la lumière. Et comme je vous l’ai dit, ils livrent les articles en Belgique, faites-vous donc plaisir ! (idée de cadeau de Noël numéro 2 après les cartes [géo]graphiques de Curlie :-))

Vous avez déjà testé de votre côté ? Vous y croyez, ça vous intrigue ? Dites-moi tout en commentaires !

Laurine

Passionnée de cuisine et accro aux découvertes culinaires, je prends du plaisir à partager mes recettes végétariennes et mes bonnes adresses food belges. Merci de me lire !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *